dimanche 13 juillet 2014

Dimanche et Croix

Le phare de Saint-Valéry-en-Caux veille sur les marins…



Jésus, derrière le phare, veille sur tout le monde… même sur les camping-cars.



En ce jour là, Jésus sortit de la maison et s'assit au bord de la mer.
Matthieu 13, 1

dimanche 6 juillet 2014

Dimanche et Croix

Église Saint-Joseph, Le Havre, Seine-Maritime.


Le clocher vu de l'intérieur.



« Ce passage d’un sermon de Calvin me revient à l’esprit, à propos de la guerre qu’on redoute : “ … Or donc, sachons quand nous faisons ainsi les sourds contre Dieu, qu’il faut qu’il parle d’un autre langage et qu’il nous suscite des gens barbares et effrontés qui n’auront nulle révérence, qui n’auront ni raison ni équité…” » Julien Green, Journal (30 octobre 1949).

dimanche 29 juin 2014

Dimanche et Croix

Chapelle Notre-Dame-de-la-Garde, Étretat, Seine-Maritime.




Toute vie n'est qu'une lutte pied à pied avec le mauvais quart d'heure.
Courage !
Triomphe de cette maladie… et de cette autre encore.
Surmonte cette épreuve, et encore cette autre, et encore, et encore cette autre.
Sors de cet abîme, courage ! Cramponne-toi à ces ronces, à ces racines, gravis, saigne, atteins ce faîte, monte à ce calme ! Courage !
Sauve ton corps, sauve ton esprit, sauve ta lumière.
Sauve ! Sauve ! Sauve !
Victoire !
Victoires sur victoires !
Mais le mauvais quart d'heure aura le dernier mot.
Quel sera le premier mot de l'Éternité ?

Marie Noël, Notes intimes, Éditions Stock.

dimanche 22 juin 2014

Dimanche et Croix

Étretat, Seine-Maritime.




Quand je suis soutenue en moi-même par une forte lumière, je conçois et je goûte le bonheur éternel qui est de s'engloutir en Dieu, corps et âme perdus.
Mais dans l'enfance habituelle de mes pensées, je ne peux pas me contenter, pour Paradis, de Dieu tout sec. J'ai besoin de retrouver des gens. Et aussi des plantes et des bêtes… je ne sais quels petits enfants, quelles bruyères, quels oiseaux… et mon vieux chien fidèle.

Marie Noël, Notes intimes, Éditions Stock.

vendredi 20 juin 2014

Des cailloux, un goëland et une Castor

À Mers-les-Bains, nous aussi, nous avons piétiné les cailloux.





dimanche 15 juin 2014

Dimanche et Croix

Cimetière de Neuilly, Eure.


Les deux poèmes de moi que je préfère : Chandeleur et Chant de la Divine Merci.
Dans Chandeleur, je ne sais comment, plusieurs sens, plusieurs fils de pensée s'entrecroisent.
Il y a, très visible, la procession des cierges, le long, morne, mystérieux défilé des destinées humaines.
Il y a aussi l'offrande de l'enfant.
L'enfant est le seul don de l'homme à Dieu.
Mettre un enfant au monde est le seul sacrifice.
Tout ce que nous donnons d'autre, dans notre adoration – aumônes, encens, fleurs ou cierges – est inutile à Dieu.
Mais l'enfant Lui est nécessaire pour continuer l'œuvre de sa création. Et il ne peut le tirer que de la volonté de l'homme.
L'enfant est la seule victime vouée à Dieu, du consentement sans cesse renouvelé de l'homme, vouée à un destin douloureux et fatalement rompu.
Offrir un vivant, c'est offrir un mort.

Marie Noël, Notes intimes, Éditions Stock.

dimanche 8 juin 2014

Dimanche et Croix




Le Ressuscité nous place devant une alternative : nous distancier de lui à cause du monde, ou du monde à cause de lui. Sans lui, nous sommes incarcérés dans l’ici et maintenant, dans un point du présent qui est le tout de tout. Sans lui, nous sommes dans l’univocité d’un réel aveugle, sans recul possible, sans rien à chercher. Sans lui, il n’y a plus même un commentaire à faire : tout va de soi dans une platitude à la fois évidente et opaque. Sans lui, c’est nous qui sommes dans le tombeau.
François Taillandier, Il n’y a personne dans les tombes, La grande intrigue III, Éditions Stock ou Folio.