lundi 27 avril 2009

Le fleuve des amants


Elle coule mystérieusement
La rivière des amants
Endormis dans leur lit blanc
Elle vogue majestueusement
La frégate de leurs yeux
Vers des pays plus heureux
Et moi, je les regarde
Mourir de bonheur
La bouche de la belle enfant,
Les bras, les mains de son amant
Font les rivages merveilleux
Du fleuve doux qui meurt dedans
Leur lit tout blanc

Il coule mystérieusement
Le grand fleuve des amants
Qui sont morts dans leur lit blanc
Il vogue majestueusement
Le navire de leurs yeux
Vers des pays trop heureux
Et moi, je les regarde
Je les regarde...
Les cheveux de la belle enfant
Ses larmes comme des affluents
Font le grand fleuve des amants
Qui descendent dans leur lit tout blanc

Pour l'éternité !

Léo Ferré

13 commentaires:

  1. C'est beau, et la photo et le poème.

    RépondreSupprimer
  2. ...les yeux dans l'eau...

    RépondreSupprimer
  3. et en couleur c'est encore plus beau !

    RépondreSupprimer
  4. En général, cela fini mal ! Ils sautent tous les deux dedans et se noient dans d'atroces douleurs . Nous les retrouvons, en général, quelques semaines et Km après, le ventre gonflé et la peau verdâtre ... L'amour est parfois triste.

    JE PLAISANTE !

    Jojo le mérou

    RépondreSupprimer
  5. Jojo morte de lol !
    Véron, merci, championne !
    Le poème n'étant pas de moi je prends les compliments pour la photo et vous remercie.

    RépondreSupprimer
  6. Je vous imagine bien, Didier et toi, la tête sur son épaule... chabadabada...

    RépondreSupprimer
  7. Mlle Cigë, en ce moment Didier aurait du mal à se relever...

    RépondreSupprimer