lundi 19 avril 2010

Pauvre bébé


Je ne suis pas inquiète, non, c'est une opération banale, mais il me manque déjà. Encore une heure, et on va le chercher.

27 commentaires:

  1. Très jolie photo, mais un peu triste. On attend des nouvelles sur "la meute des gâteux".

    RépondreSupprimer
  2. Oh !
    Nous ne sommes pas habitués à voir ce genre de photo chez une meute qui nous rappelle bien souvent que la vie est belle.. et nous redonne du courage.

    RépondreSupprimer
  3. Petit père...
    Je prépare ma dominicalerie.

    RépondreSupprimer
  4. @ Nicolas, une petite castration, c'est rien du tout.
    @ Pétronille, non pas triste. Il se repose et il est heureux d'être de retour.
    @ Juliette, le plus dur quand on les laisse chez le vétérinaire c'est qu'ils ne peuvent pas savoir qu'on va revenir les chercher. Les galopades ce sera pour dans quelques jours : )
    @ Mère Castor, oui, bonne idée ! Et où pourrons-nous voir cette belle galerie ? Des liens, bordel, comme dirait Nicolas.

    RépondreSupprimer
  5. Rien du tout !?!? C'est bien un truc que peut dire une gonzesse...

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas, il était anesthésié !

    RépondreSupprimer
  7. Oui mais il n'a plus de couilles.

    RépondreSupprimer
  8. Oui mais il n'a plus de couilles.(bis)

    ( Nicolas, bien que moi non plus, je suis complètement d'accord avec votre objection)

    RépondreSupprimer
  9. Je trouve moins cruel cette castration plutôt que de voir les chiens baver et défoncer les clôtures pour rejoindre une femelle en chaleur, parfois à des kilomètres. Avec le danger qu'ils courent de se faire écraser, ramasser ou mordu par d'autres chiens.
    Et puis, Elstir sera moins dominant ce qui est appréciable avec un chien de 50 kilos minimum. De plus, on est sûr qu'il n'aura pas de problème de prostate !

    RépondreSupprimer
  10. Je rappelle à tout intervenant de ce blog que le sort réservé aux couilles des mâles de la maison Goux ne les regarde en aucune manière...

    RépondreSupprimer
  11. Et a-t-il eu le temps d'aller "voir" au moins une petite copine ?
    Quoique ça ne me regarde pas...

    RépondreSupprimer
  12. Je ne sais pas si je vais me lancer dans les explications "plus de couilles" pour mes jumeaux....
    En bonne mère, je vais esquiver le problème!

    RépondreSupprimer
  13. D'accord avec Catherine. Les chiens ne savent pas ce qu'ils perdent, ils n'en souffrent pas, tandis qu'ils souffrent toujours de ne pas pouvoir suivre toutes les femelles qui passent à portée de leur truffe.
    La Crevette: il suffit de dire à vos jumeaux: "vous voyez, le gros chien, lui aussi ne voulait pas manger proprement, on lui avait promis une punition, eh bien...."

    RépondreSupprimer
  14. @ Emma, non, c'est encore un bébé de 7 mois. Et comme ça il n'aura aucun regret : )
    @ La Crevette, je vous comprends : ) Ils ne verront rien de toute façon. Ou alors vous leur faites "façon Suzanne".
    @ Suzanne, mdr ! Et merci de votre soutien. Je ne comprends pas pourquoi tout le monde trouve normal la même opération sur un chat !

    RépondreSupprimer
  15. Parfois, "l'Homme" toujours pourvus de ses "bijoux de famille", semblent pourtant ne pas toujours en avoir... oops, et la "Femme" dépouvus de "ces bijoux là" en posséder...
    Carresse à la "bête" :-)
    Jolie photo, bel éclairage !

    RépondreSupprimer
  16. oh les fautes, tu peux corriger l'Irrempe ? pourvu et dépourvue

    RépondreSupprimer
  17. Danièle, je ne peux pas et puis on s'en fout, tout le monde fait des fautes dans les commentaires. Si ça te gêne vraiment, tu supprimes ton com, et tu recommences.
    Sinon, je suis d'accord avec toi ; ) C'est-qui-qui-porte-le-pantalon, non mais ?

    RépondreSupprimer
  18. On prétend, chère Catherine, que l'homme réfléchit et que le chien flaire et chie. Parfois, on prétend aussi le contraire.

    RépondreSupprimer
  19. Je ne trouve pas normale non plus la castration des chats et l'ovariectomie des femelles. Les ennuques, ça horrifie les mêmes personnes qui trouvent de bonnes raisons pour castrer leur chien. On décrète que les animaux ne savent pas ce qu'ils perdent. Ben oui, et on trouvait aussi de bonnes raisons à l'esclavage, de même on en a trouvé autrefois aux sacrifices humains et à l'anthropophagie.
    Mais à supposer - car on ne peut que supposer - que les chiens ne savent pas ce qu'ils perdent, nous, nous le savons : nous en faisons des infirmes. Et nous prétendons que nous les aimons !
    Catherine, excusez-moi si vous le pouvez, mais je ne peux pas me taire.

    RépondreSupprimer
  20. Christophe, l'homme réfléchit avec ses couilles ? C'est ce que vous voulez dire ? Je trouve que c'est bien vrai, parfois !
    Mifa, vous êtes toute excusée. Chacun a le droit à son opinion, et je comprends la vôtre. Essayez de comprendre la mienne aussi. Retrouver son chien ou son chat, blessé, éborgné, l'oreille à moitié arrachée, (comme la clôture) à des kilomètres de chez soi, avec l'inquiétude que ça engendre, ben oui, je préfère le castrer. Dans vos comparaisons horribles, vous oubliez l'excision des petites filles, sans anesthésie.

    RépondreSupprimer
  21. J'oublie beaucoup de choses importantes, comme vous le signalez, oui, parce que je ne suis pas une encyclopédie. :-)
    Je n'arrive pas à comprendre pourquoi - excusez-moi - votre inquiétude est plus importante que son intégrité. Une mutilation reste une mutilation. Dans certains cas, cela sauve une vie - certains cancers, par exemple, et il y a aussi d'autres causes - mais ici ce n'est pas le cas.

    RépondreSupprimer
  22. On m'en a sorti une bonne que certainement tout le monde connait à propos de l'homme qui réfléchit avec ses couilles :

    "Dans son bain un petit garçon de trois ans examine ses testicules.

    Maman, demande-t-il, c'est mon cerveau ?

    Pas encore ! Répond-elle."

    RépondreSupprimer
  23. Excellent, Madame Crevette ! Et, non, je ne la connaissais pas...

    RépondreSupprimer